Carnets de voyage 1: Thaïlande. Arrivée et premières impressions.

Publié le par Y.

C'est la rentrée. Bouh.

Le plus triste dans la rentrée, c'est quand on a même pas eu de vacances (comme moi) et que c'est quand même la rentrée. Parce que le plus plus triste dans la rentrée, c'est qu'elle est  partout. A la radio, aux infos... On échappe pas à la rentrée.

En gros la rentrée: c'est le plus triste des moments de l'année,  worst moment of the year ever. Et je vais peut être vous étonner mais je suis comme tout le monde. Je céde à la dépression et à la nostalgie.

 

Pour tout vous dire, je n'ai pas eu de vacances cet été, mais j'en ai eu pendant 7 mois juste avant. Et c'est un gros aveu. Car rien qu'en disant ça, je décrédibilise toute ma dépression "post-non vacances/rentrée". Et oui, à la fin de mes études (et comme j'avais bien travaillé pour mon stage et qu'ils m'avaient embauché $$), j'ai assumé tout le cliché de la chose, j'ai pris mon sac sur le dos, jeté mon rasoir aux orties et suis partie faire un petit bout de voyage.

 

Tout ça pour dire que mes amis ont (parait-il) bien aimé mes petits compte-rendus. Mais ce sont mes amis, ils se doivent d'être hypocrites. Comme, a priori, vous n'êtes pas (que) mes amis (si c'est la cas, vous n'êtes que des traîtres essayant de me faire plaisir en augmentant mes statistiques), je me suis dis que je pourrais publier quelques récits envoyés à l'époque en les retravaillant un peu (un post par pays).

 

Et quoi de mieux que de commencer en cette période de rentrée. En espérant que ça vous plaise, allez hop! Comme dirait Jennyfer: "Au Soleil!"

 

Thaïlande, le 21 novembre 2009.

 

Sawat di kha todos/as!


Oui, ça y est, elle se la pète grave genre "Je sais parler Thai après une semaine". Bon ok...Pfff...
Alors par où commencer... Déjà pas par ''par où commencer'' mais tanpis... Commençons par Paris, où je fus accueillie, voire même sauvée à la dernière minute par la mamie d'un ami. Ca commençait donc bien. Le lendemain, sur le trajet de l'aéroport, je me suis fait gratuitement bénir mon sac (plus ou moins à l'insu de mon plein gré) par une folle parisienne. Rien ne pouvait donc plus m'arriver.
J'avoue qu'au moment de prendre l'avion, je ne faisais pas la fière. ''Ma pauvre fille, qu'est ce que tu as bien voulu te prouver.. N'importe quoi''.
 
Arrivée a Bangkok mardi, chaleur étouffante. J'ai rencontré Nico, un anglais qui m'a suivi jusqu'à l'auberge de jeunesse. Disons que nous avons cherché ensemble et que J'AI trouvé (modestie un jour, modestie toujours). Ce pauvre garçon a eu une confiance que beaucoup de mes amis n'auraient jamais eu (oui oui toi qui préférerais tourner 1000 fois dans Paris plutôt que de m'écouter). Après une première bière Thai (1.5 euro la pinte!) et une bonne douche, première nuit en dortoir a Bangkok. J'ai vite quitté cette ville que je ne me sentais pas prête à aborder, pour filer vers la fraîcheur (très relative) du nord.

Première escale a Lopburi, ville ayant la particularité d'être majoritairement peuplée par des Thais et des singes. La grande différence entre les deux (outre le fait que les couilles du singe lui arrivent au genoux) étant que le Thailandais ne s'accroche pas a ta cuisse sans te demander la permission.. Sans rire, ville folle VRAIMENT remplie de singes (donc sur les trottoirs, les temples et les fils électriques).
Après ça, direction Sukkothai, où j'ai rencontrer Virginie avec qui j'ai partagé ma chambre. Le lendemain, nous sommes parties visiter Sukkothai, site splendide et calme classé patrimoine mondial. Nous avons loué des vélos et nous sommes baladées tranquillement.

 

J'ai également croisé deux français et nous sommes donne RDV pour partir a Chang Mai. Nous y voici donc, Chang Mai, on partage la chambre. Cette ville a l'air assez sympa, calme, plus carte postale mais forcément touristique... Le trajet vers le nord était simplement magnifique. La végétation est dense et splendide. On prévoit sûrement de faire un trekk de quelques jours après-demain.
 
Suite à cette description un peu chiante qui permettra aux plus curieux de regarder une carte et aux autres de pester en disant ''Pff on savait que ça allait être chiant'', quelques précisions sur l'état d'esprit. J'ai fait ma première nuit complète hier (autant dire que le décalage horaire m'a tué) et j'ai encore du mal a bien manger. Mais je me brosse les dents matin et soir merci. Les premiers jours ont été asssez déroutants évidemment, j'etais simplement paumée en train de me demander ce que je faisais là. Mais le rythme s'installe et le nord m'apaise. Bref, ça va très bien re-merci. Effectivement, je n'ai été que rarement seule finalement et je practice my english!
 
Le coût de la vie est .. comment dire.. ridicule.. Je vis tranquillement avec 10 euros par jour tout compris en comptant les nombreux déplacements. Bon ok l'hébergement est sommaire mais propre (bohh quelques insectes dans les douches). J'avoue que les normes d hygiènes ne sont pas les mêmes qu'en France mais je me suis très vite habituée et un moucheron dans la soupe ou dans la douche....ça passe.
 
Je prends les transports locaux parmi les thais. J'essaie de ne pas faire la Touriste au sens cliché du terme. Malgré tout, je me sens plus touriste que jamais, perdue dans un monde qui m'échappe! Forcément, rien ne ressemble à ce à quoi je m'attendais. Et c'est tant mieux! Le choc entre modernité-occidentalisation et tradition est parfois laid et bizarre. En tout cas, il est difficile à accepter pour une "touriste" comme moi a la recherche de ''typique'' (Ohh! Clichéé). J'essaiere arriver bientôt à me poser pour profiter, ne pas être toujours en mouvement à vouloir tout faire et voir...

 

Il y a de la nourriturere partout et pour pas cher. Et quand je dis partout, c'est qu'il est impossible de faire 10 mètres sans une échoppe.Les thais mangent a toute heure et achètent beaucoup déjà prêt. La nourriture est cuite devant soi ou enveloppée dans des petits sachets plastiques (ça ressemble aux sachets dans lesquels on met les poissons rouges vivants). C'est très peu cher même si je suis encore peu aventureuse...
Pour ce qui est de la minute "cliché sur la population", la gentillesse des Thais est hallucinante. Envers les touristes bien sûr mais aussi entre eux, ils n'élèvent jamais la voix, ne se disputent pas et sourient en permanence... Faut dire que Bouddha a quand même l'air plus fun que notre JC!

(ndlr: c'est rigolo de relire ça maintenant, l'enchantement naïf du début et les clichés... Suite au prochain récit!)


Et pour être sympa, voici quelques scènes pour vous faire rire à mes dépens:
-Y. s'aventurant derrière un temple a Lopburi en mode ''Non j'ai trop pas peur des singes'' mais poussant des petits cris suraigus dès qu'un s'approche (Ca a fait rire les enfants).
-Y. devant les stands de nourriturere ''Alors... je veux bien goûter... mais si j'aime pas... olala je sais pas... bon je tente... oh et puis non finalement, la prochaine fois".
-La tête de Nico l'anglais quand il a su que j'étais une ''communist'' (réduction traduction). Je pense qu'il rentrera en disant "Thailand is crazy I even met a french communist girl"!
-Y. touriste choquée devant un jeune moine fumant et téléphonant qui venait de lui dire ''I like you''. C'est plus ce que  c'etait!
 
 Et voilà, si vous avez lu jusqu'au bout, je me permets de déduire que ça vous a plu, alors sachez que les prochains sont encore mieux et qu'il y aura de vraies photos. Véridique. J'aime faire ma pub

singes

Publié dans Carnets de voyage.

Commenter cet article