MacDonald's, toilettes et testostérone.

Publié le par Y.

Les Champs Elysés c’est bien pour deux ou trois trucs: choper une inconnue et l’amener voir des potes artistes vivant la guitare à la main du soir au matin, fêter une victoire présidentielle discrète ou admirer des prototypes de voitures futuristes. En revanche, ça l’est moins pour manger un bout pas cher.

Sauf si…Nooon....Siii : Le MacDo. Dressé tel un poil de cul dans la soupe entre Vuitton, Gucci et co.

 

Après deux semaines de sevrage extrême, j’ai donc cédé à la tentation. Et par la même, remarqué que, contrairement à ce qu’on pourrait croire, avoir travaillé à MacDo a fait de moi une cliente infâme.

Certes, je passe une commande claire, concise et parfaite mais me voilà devenue la plus exigeante de tous, celle qui sait tout et remarque les moindres erreurs. (Ceci dit, ils sont quand même trèèèès lents!).

Honte virtuelle sur moi, je suis même partie sans payer quand on a oublié de m’encaisser (après avoir demandé deux fois quand même). C’est d’ailleurs idiot, je savais pertinemment qu’elle s’en rendrait compte rapidement (ce qui est arrivé 5 minutes après: honte réelle).

Alors quid de la solidarité de l'opprimé? Et bien c'est ça le génie du productivisme capitaliste: elle disparaît derrière l’obligation de rendement. Noyée sous les objectifs et acculée à remplir des tâches stressantes en un minimum de temps, j'ai simplement été frustrée à la vue de cette ambiance plus relax. Et pourquoi eux ne souffrent pas autant que moi d'abord? Jalousie primaire donc. Troisième honte sur moi.

Je lirais trois fois le Capital pour me punir.

 

Mais plutôt que d’expier mes péchés d’insolidarité de classe, passons plutôt au deuxième sujet de réflexion et non des moindres : les toilettes.

Depuis que Marissa a publié ce post sur son Blog, plusieurs articles ont été écrits pour parler de la différenciation des sexes et les clichés à travers les images de portes de toilettes comme par exemple ici ou in english ici.

toilettes homme femme attitudesEt c'est très intéressant, même si cela enfonce quand même un peu des portes (de toilettes) ouvertes. Il est évident que l’imagerie symbolique plus ou moins consciente autour de la différence des sexes est très révélatrice voire explicatrice du système de domination homme-femme.

Et pour comprendre cela, voilà un petit cours de théorie féministe. Très schématiquement, il existe trois grands grands courants féministes non exclusifs (eux même subdivisés en courants subdivisables). Les féministes libérales, veulent changer un système inégalitaire mais qu'elle pense perfectible par des réformes. Pour elles, la cause des inégalités vient des préjugés, stéréotypes, mentalités et valeurs, bref de l'idéologie de la société. Ici: les fameux panneaux des portes des toilettes.

Pour les féministes marxistes orthodoxes, le capitalisme est la cause de l'exploitation de l'homme comme de la femme. Ici: le fait que les panneaux sont fabriqués et utilisés par des grandes firmes multinationales.

Enfin, le féminisme radical (mon préféré!) pour lequel la domination masculine prend racine dans un système qui n'est ni le capitalisme, ni un ensemble de valeurs et de préjugés mais le patriarcat : un système social propre articulé autour de deux classes de sexes. Les représentations féminins-masculins ou la construction idéologique de la différence des sexes ne sont que des moyen ou des conséquences de ce système. L'origine de la domination se trouvant dans les rapports sociaux de sexe: le concret, le matériel (comme notamment l'appropriation par les hommes du pouvoir de reproduction des femmes, de leur corps et de leur sexualité). Désolé, je viens de lire Francoise Héritier, ça me transcende.

 

Oui bon, mais quel rapport avec le burger me direz-vous ? Et bien le voici : la file d’attente du MacDo des Champs Elysées. Car le MacDo Champs Elysée, c’est aussi la toilette publique de l’avenue qui ne dit pas son nom. Et le chemin de croix commence ici : près 20 mn de file chez les « Dames » et évidement aucune chez ces « Messieurs ».

Me voilà donc dans la file, des souvenirs de festivals pleins la tête (et heureusement moins d'alcool dans la vessie à évacuer) pestant contre cette injustice. Au bout de 10mn (quand même !) me vient cette idée : pourquoi ne pas simplement aller chez les hommes ? Hein?

Et je ne l’ai même pas fait. Alors quoi? Représentations sociale, peur des urinoirs, de renier son sexe? Peut-être. Mais surtout c'est interdit. On ne peut pas. Règlement. Même si aucun homme en vue, panneaux obligent. C’est quand même incroyable que le simple fait de n’être pas pourvu d’un pénis nous empêche de franchir la porte de certaines toilettes ! Et plus grave, nous oblige à nous retenir!

Croyez-moi, le prochain combat féministe sera celui de l’invasion des toilettes hommes et de la mixité. Ça c’est du concret, du matériel. Femmes de tous pays jetez vos mitraillettes, lisez ou relisez votre Piss Manifesto (oui-oui ça existe) et prenez votre p-mate! (re-oui-oui c'est pour faire pipi comme un garçon).

Pmate.jpg

 

 

Pour les fétichistes du sujet, preuve supplémentaires que les toilettes sont à la mode: l'exposition Chiottissime se tient en ce moment Bd de la Bastille.

 

A peine remise de ces émotions d’opprimée, je découvre cette magnifique description du chef de l’Etat (par un proche conseiller): "C’est un homme qui en a" (pour les perplexes: c'est  là)

Quel mystère... Mais qu'à t-il donc? Des tics ? Des rolexs ? Des talonnettes ?

Meuh non! Des couilles pardi!

Ouf! Nous voilà rassurés. On l'était déjà un peu depuis qu'il se pavanait au bras de sa mannequin-femme. Là, au moins c’est explicite. Alors là encore, pas la peine de jouer les effarouchés, ce n’est pas une découverte de dire que virilité et pouvoir sont liés. Mais arrêtons nous juste un instant sur ceux qui en jouent le plus: j'ai nommé le trio magique Berlusconi, Poutine, Sarkozy...Hum ça fait rêver dis-donc.

Le problème c’est que l'étalage de "virilité" va rarement de pair avec finesse politique mais plutôt avec populisme. 

L'avantage c'est que ça peut parfois être drôle (on t'a reconnu JR!).

Sarko virlité

 

Allez, pour finir dans la série « J’ai des grosses couilles et j’aime le montrer », le groupe de « rap » Sexion d’Assaut qui oscille entre homophobie de comptoir et inculture ou au choix entre pathétique et ridicule. En gros, après avoir fait des déclarations assez extrêmes dénonçant les homosexuels du style "On est fiers d'être homophobes" (à voir ici car j’ai pas honte de visiter des sites « populaires » ou, pour les puristes ici)  ils reviennent sur leurs propos avec cette défense des plus extraordinaire : « On ne savait pas ce que veut dire homophobe ! ». Magique.

 

Un petit coin de contre culture cependant. La naissance d’un Webtélé féministe toulousaine.

J’ai pas eu trop le temps de regarder rapport à ma connexion internet pourrie qui met trois heures à charger 5 mn mais ça vaut sûrement le coup d'oeil. 

D'ailleurs, cette TV a (notamment) été présentée sur le site de Jean Marc Morandini illustrée par une magnifique et sensuelle femme posant sans rapport aucun avec le sujet. Merci JMM, promis j'arrête ce site...

Publié dans Féminisme(s).

Commenter cet article

Alias AKA 03/12/2010 23:09



Alors là c'est marrant, mais moi quand j'ai envie de faire pipi, qu'il y a une queue de 10 personnes pour aller au petit coin des filles, rien na fout' je vais chez les mecs sans même me poser la
question !


Alors là, vraiment pas... je vais pas me dandiner pendant un quart d'heure en attendant que les autres nanas soient toutes passées et qu'avec la chance que j'ai y'ait plus de papier/que les
toilettes soient insalubres/bouchées rapport aux nombreux passages alors que chez les gars, les toilettes avec porte c'est pour la grosse comission (ben oui eux ils ont les urinoirs) et y'a pas
bcp de gens qui kiff faire popo dans les lieux publics....


pire: je suis même cap' d'aller dans les toilettes pour les handicapés où bien souvent il y a aussi le coin nursery pour changer les bébés...


rien na fout' j'te dis, en plus j'en ai que pour 2min donc bon, hein....



Émy 02/10/2010 19:19



Re-Bonjour !


Décidément, j'aime bien ce blog ! J'y reviendrai. :)


Le coup d'aller aux toilettes des hommes au McDo, c'est facilement jouable et on finit assez rapidement à s'habituer aux regards étonnés (voire envieux, pour les pressées mais timides).


Il suffit juste de s'assurer que la configuration des lieux le permettent.


Et je ne parle même pas de la satisfaction procurée par le fait d'avoir transgressé une certaine règle établie en plus du soulagement d'avoir vidé sa vessie avant plein d'autres (et avec un peu
de chance, vous pourrez même servir d'exemple à certaines) !


Concernant Sarko et Sexion d'assaut, hum... No comment...



Y. 03/10/2010 21:22



Merci et promis la prochaine fois je me lance à l'assaut des toilettes hommes!! A bientôt!