Ready for the backlash?

Publié le par Y.

Backlash est un terme inventé au début des années 1990 pour désigner un retour de bâton sur le plan idéologique ou féministe. Je suis pas fan des angliscismes mais il faut bien avouer que backlash sonne mieux de retour de bâton, tu sens presque le gros clash dans ta face, la bonne baffe à laquelle on était pas préparé. Un peu comme si la société était devenue complétement bipolaire et passait de l'enthousiasme fou et des applaudissements effrénés aux lancé de tomates en pleine face. 

Car oui, j'ai comme l'impression que cette soit-disant "révolution féministe"  (ou "séduction féministe" comme l'appelait plus justement Eric Fassin) est sur le point de se terminer.

Zemmour et compagnons sortez de vos abris anti atomiques (et enlevez vos coques), l'heure est au backlash de l'affaire DSK.

 

En une semaine, l'homme est blanchi alors même qu'on ne sait toujours pas ce qu'il s'est vraiment passé à part un acte sexuel de 8 minutes entre le hello et le good bye (pour peu qu'il y ait même eu échange de paroles!).Autant dire dans tous les cas pas de quoi être fier.

La présumée victime est bel et bien devenue l'accusée. Accusée d'être une fille de peu de morale et de petite vertu (ça va toujours bien ensemble). Et voilà qu'on entend les murmures qui se font de plus en plus distincts : "Elles nous aurons bien fait chier pour rien", "tout ça pour ça" pour parfois même glisser carrément dans le discrédit des victimes de viol. Bizarrement la généralisation que l'on condamnait concernant DSK (tous les hommes ne sont pas de violeurs) fait tranquillement son chemin pour les victimes (une a soit disant menti = elles mentent toutes et en profitent).  

Et voilà que refleurissent les articles de haute volée sur le viol, la pornographie... A titre d'exemple Slate se demande si le porno tend à faire baisser le nombre de viols. Pas de réponse mais tout va bien, les choses retrouvent leur place, les hommes restent des créatures pulsionnels et avides de sexe, en rut constant qui se doivent d'avoir un exutoire. Flatteur pour eux.

 

Pour rappel il y a encore 75 000 femmes violées par an en France et moins de 10% osent porter plainte. Alors qu'on ose s'insurger devant la possibilité d'une erreur judiciaire concernant ce pôôôôvre DSK me fait légèrement rire jaune. Proportionnellement, je ne crois pas que ce soit le plus gros problème de justice concernant le viol. Notamment aux EU qui, comme chacun sait, est un pays dans lequel seul un blanc riche et puissant peut être victime d'une machination judiciaire menée par le lobby des féministes poilues (parce que les noirs en prison eux l'ont touuuus bien mérité).

 

Élargissons le sujet aux violences faites aux femmes en général.

Pour tous ceux qui diront que les féministes nous ont lavé le cerveau et que le machisme n'existe plus je leur conseille d'aller faire un tour dans les commentaires de Rue 89 qui n'est pourtant pas en soi le média le plus réac' au monde. Je lisais donc un article concernant le rôle du médecin dans les affaires de vilences conjugales et voilà ce que je trouve (de bonne foi je n'ai pas cherché bien loin première page de commentaire).

Attention florilège déconseillé aux âmes sensibles :

 

"Il doit bien y avoir un truc évolutionniste là dessous: un type plus violent me tabasse mais aura plus de chance de me protéger en cas de danger extérieur que l'artiste sensible et maigrelet".

 

"Mais dans une situation où une femme reste avec un type violent, alors qu'elle a la possibilité de le quitter (réelle possibilité, je veux dire, sans perte de revenu, d'emploi, de logement, d'effets personnels..), pourquoi tenir le type responsable de cette situation, si les deux agissent bêtement par instinct?"

.

"Il y a une responsabilité pénale du conjoint tabasseur, mais il y a également une responsabilité circonstancielle de sa compagne qui est aussi la victime de son mauvais choix conjugal".

 

Arrrgh!

Mais oui les femmes aiment être dominée et choisissent des hommes forts et violents! C'est leur nature, leur "instinct"! Et que dire de cette magnifique invention juridique de la "responsabilité circonstancielle" ? Il faudrait l'étendre à d'autres domaines : "Accident du travail : le choix de l'employé pour son emploi dangereux et sous payé mis en cause".

Ben oui on fait tous des choix dans la vie mais malgré ce que voudrait nous faire croire les tenants du libre arbitre et de la responsabilité individuelle, ils sont tous plus ou moins conditionnés par d'autres facteurs. Non l'individu n'est pas toujours libre de ses choix. De partir. De porter plainte. De fuir sa ville, sa vie, ses enfants, son travail. D'entamer une longue procédure judiciaire. D'affronter les agents d'accueil, les médecins, les policiers.. 

 

A croire que certains n'ont jamais entendu parler un  minimum de la notion d'engrenage psychologique des violences. Pourquoi très étudié dans le cas des violences conjugales.

 

Une femme sur trois bordel! Morte sous les coups de son conjoint ! Il faut réaffirmer que les violences faites aux femmes sont un fléau social et non le fait de sombres individus ou de mauvais choix. C'est un phénomène légitimé et qui s'appuie sur un système complexe de domination et de valeur. La force et le pouvoir sont encore des valeurs masculines et la soumission une attitude enseignée aux petites filles dès leur plus jeune âge. 

 

Et qu'on ne vienne pas me sortir la rengaine des hommes battus qui est certes un triste phénomène mais jamais au grand jamais comparable en nombre (d'autant plus que la majorité sont victimes de violences réciproque ou en légitime défense) et en mécanisme.

Et je sais plus ou moins de quoi je parle travaillant sur ce sujet en contact avec les acteurs de terrain

 

Mais bon tout va bien et certains trouvent même le moyen d'utiliserles violences conjugales à des fin publicitaires : 

765671.jpg

                                          (affiche pour un coiffeur "Sois belle malgré tout")

LOL

 

Backlash donc.

 

Et que dire du Figaro qui nous sort son dossier sur les "différences entre hommes et femmes" avec une interview délicieuse du nom moins délicieux Stéphane Clerget intitulé "Il faut sauver les garçons" (hum déjà rien que le titre ça promet!).

Rue 89 a fait une réponse assez complète (et j'ai pas lu les commentaires cette fois) quelques détails en plus cependant. 

 

Parce que l'école n'est plus adaptée aux garçons. Il y a plusieurs explications à cela, mais la principale est que le corps enseignant est majoritairement féminin, surtout dans le primaire et au collège, et les garçons ont du mal à s'identifier à des « sujets supposés savoir » (3) féminins.

 

Désolé Stéphane il y a des femmes dans la société et majoritairement dans certains domaines (peu et la plupart du temps ce qui sont moins bien payés et dévalorisés d'ailleurs).

Donc si je comprends bien l'école n'étant pas adapté aux garçons car les enseignants étant majoritairement féminin doit on en déduire que la société en général n'est pas adaptée aux femmes car masculine dans quasiment tous les autres domaines (politique, monde du travail...)?

Mais ça peut t'importe, ce qui t'importe c'est de sentir le "pouvoir" échapper aux hommes dans un des rares domaines dans lequel la suprématie masculin n'est plus tangible (en tout cas dans le nombre de personnes car dans les valeurs véhiculées ça reste à prouver).

 

L'imprégnation d'hormones mâles sur le fœtus influe sur le cerveau, ce qui explique les différences - certes beaucoup moins nombreuses qu'on ne l'a longtemps cru - entre le cerveau des garçons et celui des filles. Cette imprégnation hormonale favorise l'agressivité des garçons, ce qui encouragerait leur esprit cartésien (...) Les garçons doivent faire plus d'efforts que les filles pour maîtriser leur agressivité, ils sont dans le contrôle permanent, obligés de se raisonner. C'est aussi la raison pour laquelle ils sont souvent plus obsessionnels.

On sait depuis le Moyen Age que le verbe est féminin et l'acte, masculin. On sait aussi que les garçons ont statistiquement plus de mal que les filles à exprimer leurs émotions, ils sont moins à l'aise dans le verbe.

 

Ou comment mettre sur le compte des hormones le comportement acquis socialement et en faire une généralité immuable. Un vrai discours essentialiste comme on les aime.

Il faut lire Catherine Vidal. Une vraie neuro chirurgienne qui montre et démontre sans relâche à l'aide du concept de plasticité cérébrale que les cerveau se construisent tout au long de la vie (seules 10% des connexions sont faites à la naissance) et que les différences innées sont minimes. Idem pour les hormones qui jouent certes dans le domaine de la reproduction de façon différente mais c'est tout. 

Elle montre aussi que les recherches tendant à prouver le contraire sont surmultipliée et sur-médiatisée sans être les plus sérieuses et les moins biaisées. Les hommes viennent de Mars et les femmes ça passe toujours mieux.

 

Selon moi, l'enfant pense aussi en fonction de son corps et de sa génitalité. Les filles perçoivent très vite que leur génitalité est à l'intérieur d'elles, c'est-à-dire qu'elle auront plus tard un bébé dans le ventre. Cela ne favorise-t-il pas les activités introspectives, l'imaginaire? Les garçons, eux, réalisent que leur génitalité est extérieure. Ils sont plus dans la projection: ils lancent des projectiles, tirent au pistolet; tandis que les filles, elles, tirent davantage pour ramener à elles: elles tirent les cheveux, par exemple. Pour moi, c'est la métaphore de leur corps sexué.

Et pourquoi les garçons jouent-ils à la guerre et pas les filles? Lorsqu'ils réalisent, vers 4 ans, qu'ils ne pourront jamais avoir un bébé dans leur ventre, qu'il ne pourront pas donner la vie, c'est un drame. Ils décident alors de donner la mort, qui est un pouvoir équivalent à celui de donner la vie.

 

Mouaha!

La encore très bel exemple de renversement de la logique. Faire croire que les dispositions physiques influent sur la psychée alors même qu'on sait maintenant grâce à de nombreux travaux anthropologiques (notamment ceux de Françoise Heritier) que ce type de valeurs et de représentations ont été construites et inventées sous forme de cosmogonie ou de mythologie par les peuples pour instaurer un certains modèle de société.

 

Au moins le but avoué est clair :

 

Faut-il remettre en cause la mixité?

Ce serait une mauvaise solution, car la mixité a d'énormes avantages : elle favorise les liens entre les hommes et les femmes. Mais ce serait mieux que la situation actuelle.

 

Rien que ça.

Heureusement il y a la Suède.

 

Sinon tout va bien dans le meilleur des mondes, les femmes aiment les playboys  car leur instinct leur dicte de vouloir ce que les autres femelles veulent (un homme fort et beau avec qui elles pourront procréer), la politique russe se porte mieux que jamais, Axe organise des campagnes toujours aussi classes, et les magasines féminins nous prennent toujours pour des pintades.

 

Putain de Blacklash...(on va finir comme çà : )

 

2178656258_3c3e53b68d_b.jpg

 

 

P.S : Et comme un post sans un référence Sex Actu ne serait plus un post, Maïa a justement poussé un bon coup de gueule sur les magazines féminins et le monde de la mode c'est ici.

P.P.S :Dans un autre style Lady Gaga est un homme aux MTV music award on peut en penser ce qu'on veut (qu'elle sait plus quo faire pour se faire remarquer notamment) mais vu la tête du public et des journalistes on peut surtout en déduire que beaucoup de gens restent perplexes quand on touche aux normes de genre.

Publié dans Féminisme(s).

Commenter cet article

Émy 11/09/2011 09:04



Salut !


Très bon article (comme d'hab). Seulement, j'ai relevé une (grosse) erreur : DSK n'a EN AUCUN CAS été blanchi. C'est une connerie… pardon, bizarrerie de la justice Étatsunienne : il n'est ni
coupable, ni innocent. Il est juste libre, la parole de la plaignante ayant été discrédité par un mensonge n'ayant rien à voir avec le smilblick, même de loin !


Ce qui rend son attitude (appartitions télé tout sourire et compagnie) d'autant plus ahurissante à mes yeux. Chaque fois qu'il passe à la télé, ça me met en rogne "Mais t'es pas innocenté mec,
lâche ton sourire de pervers lubrique et fais profil bas !"


 


Allez hop, je file lire les articles sur les magazines féminins !



Y. 12/09/2011 17:12



Salut Emy! Et merci!


Tu as bien raison de souligner ce très mauvais choix de terme. A croire que ce qu'on voudrait nous faire croire à longueur de journée et la façon dont on en parle majoritairement (les
médias les premiers qui sont loin d'insister sur ce point!) influence jusqu'à l'inconscient des plus vigilantes (alors que je le savais très bien)! Heureusement que tu es là pour le
souligner...


A très bientôt!



paul 02/09/2011 17:20



les femmes aiment les playboys  car leur instinct leur dicte de
vouloir ce que les autres femelles veulent (un homme fort et beau avec qui elles pourront procréer)


aaaaaaahhhh voilàààààààà ! tout s'explique !


ça doit être le même schéma avec les employeurs qui veulent pas de moi je pense... parce que effectivement avec les femmes, je veux pas procréer et avec les employeurs je veux pas être beau en
costard cravate !



Hélo 01/09/2011 08:16



"un type plus violent me tabasse mais aura plus de chance de me protéger en cas de danger extérieur "


La protéger de quoi ? des autres types violents. On n'est pas près de s'en sortir à ce compte-là ...


 


 



Pauline 31/08/2011 21:59



Tout à l'heure au journal de 13h de france inter, un député UMP assurait que la théorie du genre devait être supprimée des manuels scolaires parce qu'elle faisait l'apologie de la pédophilie. Ben
voyons. Et hop, encore un gros backlash dans ta gueule!


Sinon, moi j'ai toujours un gros dilemme face aux commentateurs idiotsde rue 89. Est-ce vraiment une perte de temps de leur répondre ou est-ce qu'il faut quand même tenter?


Et puis à propos des magazines féminins, je sais pas si t'as vu passer cet article très drôle sur zone zéro gêne.


Bisous à part ça!



Y. 01/09/2011 18:51



Oui j'ai passé sur les réactions à l'enseignement de la théorie du genre sexuel comme disent nos amis de la Droite Populaire mais c'est bien trash aussi! J'ai jamais répondu aux commentateurs et
je crois pas qu'il y ait beaucoup d'espoir mais je crois que je vais craquer un jour. Et j'avais vu cet article très sympa!


Bisousss!